AF_Creativite33-rgb6 MÉTIERS D’AVENIR EN CRÉATIVITÉ ET INNOVATION
André Fortin. Texte et photos. 10 septembre 2014.

Pour naviguer dans le monde complexe d’aujourd’hui, nous avons besoin de voir clair dans la turbulence tout en empruntant parfois de nouvelles voies. Afin de faciliter les changements, six métiers sont en émergence. Ceux-ci valorisent la vision globale, le risque et l’obligation de trouver des solutions en mode collaboratif. Avec ces six nouveaux métiers, la créativité et l’innovation sont vouées à des avancées significatives!

v4sL’INNOVATEUR SOCIAL EN RÉSIDENCE
Inspiré par l’artiste en résidence qui conçoit une création en intégrant un lieu et en disposant de plus de ressources, l’innovateur social en résidence accompagne les équipes pour faire cheminer l’organisation vers de meilleures pratiques : élaboration de processus de travail favorisant les liens et évitant les approches en silo, valorisation des compétences dormantes des employés, développement d’une culture de l’innovation et de réflexes pour faire face aux changements et à la complexité. L’innovateur social en résidence n’est pas un employé et est plus qu’un contractuel. Il a une position mitoyenne lui permettant un recul pour prodiguer des conseils, suggérer des stratégies d’action, soulever des questions pertinentes, tout en ayant l’occasion de s’insérer dans les équipes pour mieux comprendre la réalité de l’organisation (valeurs, discours, pratiques, défis…). Il s’assure également que l’innovation soit une priorité en stimulant la prise de risques et l’expérimentation créative qui sont deux conditions gagnantes de tout processus d’innovation. Enfin, l’innovateur social en résidence peut être invité dans une autre organisation partenaire pour créer des ponts favorisant ainsi l’innovation collaborative.

v3LE PENSEUR DESIGN
Ayant l’empathie comme prisme d’analyse et d’intervention, le penseur design décortique les relations, les usages et les besoins pour identifier le cœur du changement à apporter. Utilisant les outils du design thinking pour résoudre des problématiques sociétales complexes, le penseur design met en œuvre la cocréation et le codéveloppement. Alliant le travail d’ethnologue à celui de concepteur de processus créatifs, il sait repérer les éléments de la marge qui offriront un input essentiel dans la solution à développer. Intégrant des parties prenantes diversifiées, le penseur design creuse l’essence de ce qui doit être fait pour avoir un impact sur les multiples utilisateurs d’un produit ou d’un service. Il prend pour acquis qu’il y a toujours un possible meilleur que l’existant. Le penseur design croit au pouvoir de la pensée visuelle, à l’importance du jeu et des histoires comme catalyseur de changement. Enfin, le prototypage et l’expérimentation sont essentiels pour le penseur design car cette mise en pratique permet de tirer rapidement des leçons de ce qui fonctionne bien et de ce qu’il faut bonifier.

v5LE MOBILISATEUR DE CONNAISSANCES
Le mobilisateur de connaissances est une courroie de transmission entre les milieux de la recherche et les nombreux utilisateurs. Il préconise l’accessibilité aux résultats de la recherche dans le but d’en comprendre le sens, la portée et les implications pour l’application concrète. En un sens, il se veut un traducteur des langages scientifiques afin que les citoyens puissent s’approprier les contenus. Le mobilisateur de connaissances fait des alliances avec divers acteurs et les milieux de pratique (PME, gouvernements, OBNL, philanthropie…) et crée des espaces de rencontre et de réseautage. Il a le défi de bien saisir les besoins des uns et des autres, de favoriser des maillages et la création de nouveaux partenariats. Il vise la diffusion et le transfert des connaissances dans l’optique de stimuler la résolution de problèmes sociétaux. Il produit également des outils d’intervention, de communication et de sensibilisation pour influer sur les populations et les décideurs. Enfin, le mobilisateur de connaissances transcende les divers savoirs (populaires, techniques, académiques, autodidactes) en démocratisant l’accès à la connaissance pour l’ensemble de la population.

v2L’ANIMATEUR COLLABORATIF
L’animateur collaboratif utilise et invente des pratiques de dialogue, de délibération dans le but de produire des réflexions riches et des pistes d’action novatrices. Il propose des exercices d’exploration et de centration sur la cible commune. Il favorise la prise de conscience des réalités des autres acteurs impliqués dans la situation problématique pour diminuer les préjugés et avoir une vision globale. Pour l’animateur collaboratif, de bonnes conditions de participation et la transparence sont des clés pour organiser un évènement producteur de sens commun, donc propice à l’avancement collectif. L’animateur collaboratif questionne les besoins, conçoit des plans d’animation, développe des outils pour faciliter l’émergence de l’intelligence collective d’un groupe et fait office de médiateur quand les tensions surgissent. Il rejoint une diversité de parties prenantes, anime des laboratoires d’innovation, des espaces collaboratifs (hub, cotravail), et est à l’affût des nouvelles tendances dans les méthodologies participatives. Il est fort utile dans des situations de crise où les voies traditionnelles ne permettent pas d’apporter de solutions significatives.

v6L’ÉVALUATEUR ÉVOLUTIF
L’évaluateur évolutif pose un regard agile sur les étapes autour de l’élaboration et de la gestion de projets innovants. Il accompagne dès le départ les équipes en leur montrant comment répondre à la complexité. S’y dégagent des questions, des propositions, des conseils, des observations. Facilitant le chemin de l’innovation, l’évaluateur évolutif s’ancre dans l’adaptation constante qui est de mise surtout dans les premières étapes d’une initiative se déployant. Il ose nommer des tabous et faire part de son ressenti. Il n’est pas dans la complaisance car il fait la promotion de la rigueur, élément essentiel de la créativité. L’évaluateur évolutif est un équilibriste oscillant entre le recul permettant l’analyse et le rapprochement suscitant l’engagement. Il soutient l’apprentissage en temps réel dans des situations émergentes et d’incertitude. Il sait jouer un rôle unificateur entre les divers intervenants et partenaires, notamment lorsque les décisions doivent se prendre rapidement. Son éclairage est apprécié dans les moments où tout semble figé. C’est alors qu’il imagine des stratégies et des idées novatrices qui feront avancer le groupe.

v4LE FORMATEUR EXPÉRIENTIEL
Le formateur expérientiel s’inscrit dans le courant de l’éducation des adultes et de l’apprentissage transformationnel. Il propose des activités dynamiques de mises en situation, de jeux de rôles, de défis collectifs. Le formateur expérientiel croit que les adultes savent ce qu’ils veulent et ont besoin de trouver du sens pour cheminer et se développer. Le formateur expérientiel propose des activités où l’on creuse la créativité des participants, ce qui permet de révéler des compétences enfouies. Il a confiance dans le vécu et l’expertise de tous et chacun. Le formateur expérientiel met les personnes en situations réelles de choix difficiles et d’ouverture à de nouveaux horizons, pour apprendre sur soi, sur les autres et sur le monde. Son rôle n’est pas celui d’un expert mais d’un facilitateur faisant la promotion d’un climat de confiance et d’expérimentation. Pour lui, la formation est un dialogue avec les apprenants. Il donne l’exemple, s’implique émotivement, questionne sans cesse, incarne la pensée critique qui permet d’aller plus en profondeur dans l’apprentissage.

AF_Creativite33-rgb

  1. boucharddan

    Bonjour M. Fortin,

    J’ai beaucoup aimé votre article au point de me demander si cela ne serait pas possible de créer un service nouveau genre pour les entreprises, les gens d’aujourd’hui et de demain. Qu’en pensé-vous ? . Pas facile de partager nos idées avec quelqu’un qu’on ne connait pas mais de toute façon l’idée de base part bien de vous ! . J’aimerais si vous voulez continuer d’échanger à ce propos si cela vous convient bien sûre et sait-on jamais ….

    Merci et bonne journée !
    Dan Bouchard

    Répondre

    1. creativite33

      Bonjour Dan !
      Oui, je pense que c’est fort possible de créer un service nouveau genre car j’ai proposé à la Fondation J.A. Bombardier de recevoir un innovateur social en résidence en novembre dernier et ils ont accepté. Je pense qu’on peut proposer de nouveaux types d’emplois et être innovateur dans son démarchage. Je vous invite à me contacter par courriel pour poursuivre l’échange : innovaction@hotmail.com
      A+

      Répondre

  2. SAMUEL RUIZ

    Bonjour André Fortin,

    J’ai vraiment apprécié le thème proposé, et j’aimerais savoir quelles sont les possibilités d’accès à l’un de ces 6 nouveaux métiers, car cela m’intéresse vivement ?
    Y-a-t-il des formations à ce sujet, par exemple?

    SAMUEL RUIZ

    Répondre

    1. creativite33

      Bonjour Samuel !
      Je suis présentement innovateur social en résidence pour la Fondation J.A.Bombardier et également formateur expérientiel lors de divers mandats. Donc oui, ces métiers peuvent être pratiqués mais cela demande de l’entrepreneuriat car ces postes ne sont pas encore affichés. Je donne un atelier d’introduction au design thinking (penseur design) le mardi 30 septembre de 13h à 17h à Montréal dans le cadre de la semaine de l’innovation sociale et de la technologie organisée par Kongossa. Le cout est de 80$. Il faut s’inscrire sur le site de Kongossa. Sinon, il me fera plaisir de poursuivre la discussion avec vous via courriel : innovaction@hotmail.com

      Répondre

      1. Boufaied Houda

        C’est le métier de formateur expérientiel qui me semble très intéressant ,est ce que ça demande une formation ? comment ? je voudrais bien avoir plus de détails . Merci

  3. Souleymane Aw

    Bonjour Mr Fortin,
    Je suis séduit par votre article ,surtout le point sur le Mobilisateur de Connaissances.Je vis au sénégal où il existe instituts de recherches .J’aimerais obtenir d’amples informations dans ce domaine.Bonne réception.Cordialement.

    Répondre

  4. Jessica Huneault

    En tant que diplômée en design industriel et actuellement étudiante à la maîtrise en design et complexité, j’aimerais mettre de l’avant que des initiatives de « design social » existent à l’heure actuelle. Le design a longtemps été vu comme une discipline des sciences pures, plus technologique que sociale. Toutefois, depuis plusieurs années, le groupe de recherche dont je fais partie à l’Université de Montréal, le groupe Design ∩ société (http://www.gds.umontreal.ca/), dirigé par M. Philippe Gauthier, designer industriel et sociologue, s’intéresse aux problématiques sociales et de plus en plus de designers utilisent leurs capacités de designer, aujourd’hui connu sous le terme populaire « design thinking », pour innover sur le plan social. Des firmes tel qu’Umvelt rassemblent déjà des équipes multidisciplinaires dont font partie des designers, afin de répondre à des problématiques sociales. Je suis enthousiaste de constater l’engouement pour l’innovation sociale, j’espère que le designer social fera partie de cet essor professionnel et je souhaite fortement y trouver ma place également! Je vous invite évidemment à consulter le site internet du groupe de recherche Design ∩ société, et si la description PENSEUR DESIGN mentionné ci-dessus vous intéresse, je vous encourage à vous informer au sujet des formations en design industriel au baccalauréat ou encore en Design et complexité à la maîtrise, puisque le meilleur moyen d’intégrer la pensée design en profondeur est de devenir designer.

    Répondre

  5. Toledano Marcelle

    Bonjour Monsieur Fortier,
    J’ai trouvé ces métiers très intéressants et surtout celui d’animateur collaboratif! pourriez-vous me dire si cela existe déjà dans certaines entreprises et quelle formation serait disponible? Merci!

    Répondre

  6. Sylvie Sassi

    Génial cette description, c’est à la fois du réel et de la prospective ! Personnellement, si je faisais un histogramme de tous ces métiers et de leurs activités, je pense les avoir pratiqué au moins en partie, et c’est vrai aussi je pense pour ceux avec qui j’ai travaillé en formation, conception, réalisation… Mais c’est fort car les modèles sont à la fois précis, dynamiques, projectifs… et conceptuels. Merci à vous, Sylvie

    Répondre

  7. Jean-Claude Plourde

    Bonjour à tous et toutes,
    Le « Mobilisateur de connaissances », au delà de l’axe « Push », utilise aussi l’axe « Pull » qui vise à dépister les signaux sociaux faibles, qui peuvent avoir une importance sur le développement du milieu, et susciter de l’intérêt auprès des chercheurs et des organismes subventionnaires pour entreprendre des recherches sur ces composantes sociales.
    Salutations!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :